Les revendications et les luttes nationales 1791-1840

  • Accéder au pouvoir

    Accéder au pouvoir
    Une troisième constitution: Acte constitutionnel, répond aux demande des marchands et loyalistes de la Province de Québec.
    Divise la colonie en deux: Haut-Canada et Bas-Canada.
    Le parlementarisme est introduit et c'est le début de démocratie partielle.
    Les deux colonies: lois criminelles anglaises. Haut-Canada: lois civiles anglaises, Bas-Canada: françaises. Dans les deux colonies système territorial de canton.
    La liberté de religion catholique demeure. Terres réservées aux pasteurs anglicans.
  • Premières élections au Bas-Canada

    Premières élections au Bas-Canada
    50 députés sont élus pour siéger la Chambre d'assemblée et représentent l'ensemble de la population. Majoritairement composé des Canadiens francophones et près de tiers sont des anglophones: de groupe de la bourgeoisie d'affaires et professionnelle ainsi que des seigneurs nobles. Ils défendent surtout les intérêts des groupes auxquels ils appartient.
  • Première législature

    Le premier sujet de débat était le choix de l'orateur. Les députés veulent un député qui s'exprimera en français et anglais. Le deuxième débat porte sur les langues utilisées au Parlement. Les députés conviennent que les projets de loi peuvent être rédigés en français ou anglais. Toutefois, le Parlement britannique annule cette décision et oblige l'anglais. Cette dualité linguistique crée des tensions et forment deux groupes parlementaires : Parti des bureaucrates et Parti canadiens.
  • Le financement des prisons

    Le financement des prisons
    Il faut bâtir des prisons à Montréal et Québec, les députés sont divisés pour le moyen de financer. Les députés de Parti canadien, majoritairement de la bourgeoisie professionnelle, proposent une taxe sur les marchandises importées. Les commerçants britanniques craignent de perdre leurs profits donc ils proposent taxe sur la valeur des terres. Parti canadien n'est pas d'accord avec cette proposition, car il affecterait les agriculteurs. En 1805, taxe sur les marchandises est imposée et approuvé
  • Division de la Chambre d'assemblée

    Le projet de loi de l'Institution royale pour l'avancement des sciences, qui propose l'instauration d'un réseau d'écoles primaires anglaises publiques et gratuites, divise la Chambre d'assemblée. Le Parti des bureaucrates y sont favorables alors que le Parti canadien y voient une tentative d'assimilation des Canadiens.
    Malgré tout, le roi approuve la loi en 1802.
  • Création des journaux d'opinion

    Création des journaux d'opinion
    En 1805, un homme d'affaires anglais fonde le premier journal d'opinion, The Québec Mercury, pour défendre les intérêts du Parti des bureaucrates. En 1806, les députés du Parti canadien créent le journal Le Canadien.
  • Le paysage économique se redessine

    Le paysage économique se redessine
    (Blocus continental) une politique mit en place par l'empereur Napoléon Bonaparte qui empêche les Britanniques de s'approvisionner en marchandises sur le contient européen.
    En conséquent, ils se procurent des ressources de ces colonies d'Amérique de Nord.
  • Conflits et impasse politique

    Plusieurs débats éclatent dans la Chambre d'assemblée, car les britanniques dominent dans les deux conseils.
    Entre 1808 et 1810, la Parti canadien entreprend des actions qui visent à protéger leur majorité dans la Chambre d'assemblé et à revendiquer une meilleure représentation des Canadiens dans l'administration de la colonie.
  • Commerce du bois

    Commerce du bois
    À cause des prix trop élevés de transport des bois dans les colonies britanniques, les marchands britanniques n'investissaient pas. En conséquent, le Royaume-Uni a augmenté les taxes sur le bois ne venant pas de ses colonies.
    en 1810, l'industrie forestière devient le secteur économique le plus important, mais le commerce de fourrure connaît des difficultés, à cause d'une basse demande de fourrure en Europe.
  • Une invasion refoulée

    Une invasion refoulée
    En réponse au blocus continental, le Royaume-Uni impose un blocus maritime, il fouille les navires circulant dans les eaux européennes. Ceci irrite les Américains et détériorent leur relation. Le 8 juin 1812, le président des États-Unis déclare la guerre anglo-américaine.
  • Une invasion refoulée

    Une invasion refoulée
    En 1814, ni les États-Unis ni les colonies britanniques ne réussissent à s'imposer dans les combats. Le Royaume-Uni et les États-Unis signent un traité de paix, qui stipule le maintien des frontières d'avant la guerre.
    Les conséquences de la guerre dans les colonies britanniques : extériorisation des alliances avec les autochtones et une augmentation des nationalismes, tant canadien que britannique.
  • Compagnies forestières

    Compagnies forestières
    La création de plusieurs compagnies forestières entraine des rivalités. En hiver, les bûcherons coupe les bois. En printemps, les draveurs apportent les bois jusqu'au fleuve, regroupent pour faire des radeaux et ensuite conduisent jusqu'au port par les lacs et rivières. Dans le commerce du bois, les Britanniques occupent des postes mieux payés et Canadiens et Irlandais des métiers moins bien payés.
  • Corn Laws

    Corn Laws
    Les pays européens reprennent leurs échanges commerciaux avec le Royaume-Uni. Le Royaume-Uni adopte des Corn Laws ( lois sur les céréales ) pour protéger son agriculture. Ces lois visent à limiter l'entrée des céréales en provenance d'autres pays européens en Royaume-Uni en imposant des taxes élevées. Dans ce processus, le Haut-Canada et Bas-Canada peuvent vendre plus facilement leurs surplus d'agricole au Royaume-Uni.
  • Period: to

    The Great Migration

    Au Royaume-Uni, les conditions sociales et économiques sont difficiles et le travail est rare, donc certains Britanniques décident d'émigrer vers les colonies. Plus de 260 000 immigrants, les Anglais, Irlandais et Écossais, arrivent au port de Québec. Ceux qui ne s'installent pas à Québec poursuivent leur route vers Montréal, Haut-Canada ou États-Unis.
  • Banque de Montréal

    Banque de Montréal
    Il y a une augmentation du nombre de transaction commerciales liées au commerce de bois, il manque d'argent dans la colonie. Il devient important de mettre plus d'argent en circulation, donc trois marchands créent la première banque de la colonie, Banque de Montréal, en été. Dans la même année, deux autres banque s'ouvrent.
  • Le projet d'union

    Le projet d'unir le Haut-Canada et le Bas-Canada est présenté au Parlement de Londres, avec une seule Chambre d'assemblée où les francophones seraient en minorité. Les députés du Parti canadien informés, qui n'ont pas été consultés, dénoncent ce projet au moyen de pétitions. Le projet est rejeté par le gouvernement britannique, mais le Parti patriote, les députés du Parti canadien, restent méfiants et durcissent leur position.
  • Libéralisme politique

    Libéralisme politique
    À la fin des guerres napoléoniennes, des revendications nationales, associées aux idées du libéralisme politique et du républicanisme, naissent dans toute l'Europe. En effet, plusieurs Européens veulent vivre dans un État où le pouvoir appartient davantage au peuple. Dans les années 1830, les soulèvements se transforment à des révolutions. Les patriotes trouvent des arguments pour appuyer leurs demandes dans la décolonisation de l'Amérique latine.
  • Une crise agricole

    Le Bas-Canada traverse une crise agricole: la production agricole ne suffit pas à la demande et peu de nouvelles terres sont ouvertes à l'agriculture alors que la population augmente. Il y a une surpopulation des seigneuries dans la vallée du Saint-Laurent. Plusieurs Canadiens des régions rurales émigrent aux États-Unis ou migrent vers les villes où ils espèrent trouver du travail sur des chantier, par exemple la construction de canaux.
  • 92 résolutions

    92 résolutions
    Les députés patriotes, Louis-Joseph Papineau et Augustin-Norbert Morin, rédigent 92 résolutions, qui visent à réformer le système politique du Bas-Canada. À la Chambre d'assemblée, les députés sont partagés, mais ils adoptent finalement les résolutions et ces derniers sont envoyer au Parlement du Royaume-Uni qui va répondre 3 and plus tard par un non.
  • Des organisations paramilitaire

    Des organisations paramilitaire
    Quelques jeunes Britanniques loyalistes fondent une association paramilitaire, le Doric Club. Ils veulent faire valoir les droits et les privilèges des Britanniques face à ce qu'ils appellent la French domination à la Chambre d'assemblée. En réponse au Doric Club, certains patriotes radicaux forment les Fils de la liberté.
  • Les frères chasseurs

    Les frères chasseurs
    Des patriotes canadiens en exil aux États-Unis se rassemblent pour discuter de la suite des rébellions. Robert Nelson devient le chef des patriotes exilés. Dan's la nuit du 27 au 28 février, Nelson revient et déclare l'indépendance de la colonie. Les patriotes distribuent des exemplaires du texte de cette déclaration, mais ils sont repoussés par l'armée britannique. Nelson se réfugie de nouveau aux États-Unis. Des patriotes fondent alors une association, les Frères chasseurs.
  • Le rapport Durham

    Le rapport Durham
    Durham constate des problèmes liés à l'exercice du pouvoir dans les deux colonies. En effet, le système politique favorise les conflits entre la Chambre d'assemblée et les conseils. Il arrive aussi à la conclusion que le conflits est une crise ethnique entre Canadiens et Britanniques au Bas-Canada. Salon lui, l'attachement des Canadiens à leur culture et à leurs institutions nuit au développement de la colonie.