Les négociations constitutionnelles_sacciadis_409

  • Period: to

    Parti progressiste-conservateur

  • Period: to

    Union nationale

  • Period: to

    Parti libéral du Québec

  • Period: to

    Parti libéral du Canada

  • Period: to

    Union nationale

  • Period: to

    Parti libéral du Québec

  • La Charte de Victoria

      La Charte de Victoria
    P.M (provincial): Robert Bourassa
    P.M (fédéral): Pierre Eliott Trudeau
    En 1970, lorsque Robert Bourassa est élu au Québec, le projet de rapatriement de la Constitution est relancé et il aboutit à l'adoption de la Charte de Victoria. Cependant, il veut juste ramener le Québec au rang de province comme le autres, sans égards à ses problèmes et à ses urgences.
    Bourassa refuse avec toute la pression venant de Québec. (Rejeter)
  • Period: to

    Parti québécois

  • Référendum sur la souveraineté-association

     Référendum sur la souveraineté-association
    P.M (provincial): René Levesque
    P.M (fédéral): Pierre Elliot Trudeau
    Le Parti Québécois considère que le Québec devrait être indépendant sur le plan économique, social et politique. Ils veulent la souveraineté du Québec, mais veulent garder une association économique avec le Canada. Ils ont demandé à la population de faire le choix politique.
    Rejeter
  • Rapatriement de la constitution

    Rapatriement de la constitution
    P.M: René Levesque et Pierre Eliott Trudeau.
    Trudeau veut rapatrier la Constitution, néanmoins la Cours suprême du Canada lui recommande d'avoir les 9 provinces en accord. Les négociations entre provinces et fédéral se poursuivent, le Québec veut une statut et de l'argent pour la retrait. Pendant la nuit, toutes les provinces sauf le Québec crée une entente. Lorsque présenter à René, celui-ci refuse, car tous les demandent sont respectés sauf ceux du Québec. Le rapatriement=unilatéralement
  • Period: to

    Parti progressiste-conservateur

  • Period: to

    Parti libéral du Québec

  • Échec de l’accord du lac Meech

    Échec de l’accord du lac Meech
    P.M (provincial): Robert Bourassa
    P.M (fédéral): Brian Mulroney
    L'accord Meech constitue une tentative que le Québec réintègre dans la Constitution canadienne. Robert Bourassa impose cinq condition pour que le Québec accepte, cependant celui-ci doit être approuvé par toutes les provinces du Canada. Lors des acceptations, le Manitoba et Terre-Neuve refusent, ce qui fait que L'accord du lac Meech est rejeté.
  • Échec de l’accord de Charlottetown

     Échec de l’accord de Charlottetown
    P.M (provincial): Robert Bourassa
    P.M (fédéral): Brian Mulroney
    En 1991, la Loi sur le processus de détermination de l'avenir politique et constitutionnel du Québec par l'Assemblée nationale du Québec. Tout d'abord, cette loi prévoit un référendum sur l'accord de Charlottetown sous le gouvernement de Bourassa. Cet accord est le résultat de nouvelles négociations entre le premier ministre fédéral et les provinces. Un référendum est organisé au Canada et au Québec.
    Rejeter
  • Period: to

    Parti libéral du Canada

  • Period: to

    Parti québécois

  • Référendum sur la souveraineté

    Référendum sur la souveraineté
    P.M (provincial): Jacques Parizeau
    P.M (fédéral): Jean Chrétien
    Un an après que Jacques Parizeau obtient le pouvoir, il organise un référendum sur la souveraineté du Québec. Deux camps se forme encore une fois, le camp de Oui et celui du Non, le taux de participation devient le nouveau record avec 93,5%. Les Québécois doivent décider s'ils veulent que le Québec devienne souverain après avoir négocier une entente économique avec le Canada.
    Rejeter
  • Loi sur la clarté référendaire

    Loi sur la clarté référendaire
    P.M (provincial): Lucien Bouchard
    P.M (fédéral): Jean Chrétien
    En 1998, la Cour suprême du canada qu'après la Constitution canadienne, le Québec ne peut pas créer un État indépendant. Elle mentionne aussi que si le résultat d'un vote en faveur de la souveraineté est clair, la fédération doit négocier avec la province en question. C'est ensuite, que Chrétien crée une loi qui pose des problèmes, car elle comporte des zones flous.
    Accepter
  • Scandale des commandites et Commission Gomery

    Scandale des commandites et Commission Gomery
    P.M: Jean Charest et Paul Martin
    Après le référendum de 1995, le fédéral instaure un programme de commandites qui promeuve le Canada auprès du Québec pour empêcher un vote favorable à la souveraineté. Cependant, en 1997 à 2003, des fonds publics considérables sont investis dans ce programme par le biais. La commission doit faire la lumière sur des soupçons de détournement de fonds effectués par une facturation frauduleuse. Le scandale des commandites ternit l'image du Parti Libéral.