L'ère Berlusconi au fil des scandales

Timeline created by franceinter
  • Period: to

    Première présidence du Conseil

  • Period: to

    Deuxième présidence du Conseil

  • L'affaire Mediaset

    Silvio Berlusconi figure dans la liste de dirigeants de Mediaset « mis sous enquête » (équivalent de mis en examen) dans une affaire de « faux en bilan, fraude fiscale et abus de biens sociaux ». Cette filiale de l'empire Berlusconi aurait gonflé le prix d'achat de séries américaines, en passant par des sociétés-écrans. Elle aurait ainsi réduit ses bénéfices, donc ses impôts au milieu des années 90.
  • L'affaire SME

    Silvio Berlusconi se rend au tribunal de Milan pour clamer son innocence dans une affaire de pots-de-vin. Il est accusé d'avoir corrompu des juges pour bloquer la vente de SME, un groupe agro-alimentaire semi-public, à un concurrent. Sa société Fininvest a ensuite racherté SME.
  • Loi d'immunité

    La loi Schifani, du nom d'un député, accorde l'immunité aux titulaires des cinq principales charges de l'État pendant leur mandat.
  • Reprise des poursuites

    La Cour constitutionnelle invalide la loi Schifani
  • L'affaire Mills

    Le juge des audiences préliminaires de Milan, renvoie devant la justice Silvio Berlusconi ainsi que son avocat, le Britannique David Mills, pour « corruption en matière d'actes judiciaires ». Mills est accusé de plusieurs faux témoignages en faveur de Silvio Berlusconi lors de procès impliquant la Fininvest, une de ses sociétés.
  • Acquittement définitif dans l'affaire SME

  • Period: to

    Troisième présidence du Conseil

  • Loi d'immunité

    La loi Alfano (du nom du ministre de la Justice) accorde l'immunité pénale aux quatre plus hauts personnages de l'Etat italien : Président de la République, Président du Sénat, Président de la Chambre des Députés, et Président du Conseil, durant leur mandat.
  • Manifestation monstre de l'opposition

    Environ deux millions de personnes se réunissent au circo maximo, à Rome, pour protester contre la politique du gouvernement Berlusconi.
  • Divorce

    Veronica Berlunsconi, sa deuxième femme, demande le divorce. Elle justifie sa décision par la lassitude face aux relations de son mari avec des femmes bien plus jeunes que lui.
  • Reprise des poursuites

    La Cour constitutionnelle invalide la loi Alfano. Les poursuites reprennent dans les affaires Mills et Mediaset.
  • Début du rubygate

    Karima El Mahroug, dite Ruby, est arrêtée pour vol. Le scandale commence quand cette danseuse professionnelle, alors âgée de 17 ans, est libérée après intervention de Silvio Berlusconi. Il présente comme "la nièce d'Hosni Moubarak" celle qui, en réalité, participe aux soirées privées qu'il organise.
  • Soupçons d'évasion fiscale

    Le parquet de Rome lance une enquête pour évasion fiscale à travers la vente et l'achat de droits de retransmission télévisée par les chaînes du groupe Mediaset. Propriété de Silvio Berlusconi, Mediaset aurait constitué des caisses noires à l'étranger, aputant d'autant ses bénéfices italiens afin de payer moins d'impôts.