Chronologie de l'histoire de Romans-sur-Isère

  • Oct 8, 838

    Fondation du monastère

    Fondation du monastère
    De retour dans son diocèse après plusieurs années d'exil, Barnard, archevêque de Vienne, fonde un monastère et construit une église en l'honneur de tous les saints et de saint Pierre, sur la rive droite de l'Isère. Il en fait la dédicace le 8 octobre 838, à la tête de huit évêques, et y fait transporter les corps des martyrs Séverin, Exupère et Félicien. La collégiale Saint-Barnard en photos
  • Jan 22, 842

    Mort de Barnard

    Mort de Barnard
    Barnard meurt dans le monastère qu'il avait fondé, âgé de 64 ans. Il fut enterré le lendemain à l'extérieur de son abbaye et, par humilité, sous l'égoût de l'église.
  • Dec 30, 842

    Lothaire Ier approuve le monastère

    Lothaire Ier approuve le monastère
    L'empereur Lothaire Ier envoie à l'archevêque Agilmar, successeur de Barnard, une bulle qui approuve la fondation du monastère de Romans et le soumet au siège de Vienne.
  • Jan 1, 930

    Siège de l'abbaye de Romans

    Siège de l'abbaye de Romans
    En 930, Sobon, archevêque de Vienne, pour réprimander l'insubordination des moines, assiège l'abbaye de Romans et la dévaste. L'église elle-même est incendiée. Il s'empare de tous les biens de la dotation et en gratifie ses chevaliers. L'église est bientôt rebâtie.
  • May 9, 1049

    L'église est la proie des flammes

    L'église est la proie des flammes
    Le cloître, les habitations des chanoines et peut-être même l'église étant devenus la proie des flammes, Léger, archevêque de Vienne et abbé de Romans, permet de réédifier deux cloîtres à condition que le tout sera entouré de murs bâtis à chaux et à sable.
  • Jul 29, 1107

    Protection du Saint-Siège

    Protection du Saint-Siège
    Par une bulle, le pape Pascal II assure à l'église de Romans la protection du Saint-Siège.
  • Jan 1, 1132

    Première enceinte de la ville

    Première enceinte de la ville
    Le chapitre de Saint-Barnard fait commencer la construction d'une enceinte de murailles pour protéger la ville de Romans. (la photographie montre un morceau de la seconde enceinte ; il ne reste plus rien de la première.)
  • Dec 25, 1147

    Protection de l'empereur Barberousse

    Protection de l'empereur Barberousse
    Par une bulle, l'empereur Frédéric Barberousse met sous sa protection les biens du chapitre de Saint-Barnard et confirme les droits et revenus dont ce dernier jouissait sur les marchés, les foires et les ports.
  • Jun 12, 1252

    Fondation du couvent des Cordeliers

    Fondation du couvent des Cordeliers
    Aymar et Guillaume de Poitiers, de l'ancienne maison de Saint-Vallier, font venir deux religieux Franciscains du couvent de Vienne et trois autres de celui de Moirans, auxquels ils donnent, par un acte authentique, une vigne et un vivier qu'ils avaient au levant de la ville de Romans, proche de la première enceinte : ce fut la fondation du couvent des Cordeliers.
  • Mar 30, 1349

    Humbert II cède le Dauphiné

    Humbert II cède le Dauphiné
    Le dauphin Humbert II, accompagné d'une foule de seigneurs, signe dans l'église de Saint-Barnard l'acte définitif du transport de ses états à la couronne de France.
  • Feb 27, 1358

    Seconde enceinte de la ville

    Seconde enceinte de la ville
    Après une messe du Saint-Esprit, Bernard, évêque de Ferrare et délégué du pape, se rend processionnellement avec tout le clergé à la porte de Saint-Nicolas, où il pose la première pierre des murs de la seconde enceinte.
  • Mar 2, 1429

    Le bonhomme Jacquemart

    Le bonhomme Jacquemart
    Ce fut au milieu de la satisfaction et de la curiosité générales que le consciencieux bonhomme de bois fit résonner sa cloche pour la première fois, le 2 mars 1429. La tour Jacquemart
  • Jan 1, 1516

    Le Chemin de Croix et le calvaire

    Le Chemin de Croix et le calvaire
    En 1516, un riche marchand de Romans, Romanet Boffin dit Richard, fonde un chemin de croix appelé Grand Voyage, puis un calvaire (aujourd'hui appelé calvaire des Récollets). Le Grand Voyage Le Calvaire des Récollets
  • Mar 22, 1562

    Les calvinistes mettent le feu

    Les calvinistes mettent le feu
    En pleine Guerres de religion, les calvinistes, avant d'entrer au prêche, le jour des Rameaux, vont mettre le feu aux trois croix du Calvaire des Récollets de Romans. La tradition rapporte qu'ils firent usage d'un feu "qui brûlait même la pierre".
  • Feb 15, 1580

    Le carnaval sanglant

    Le carnaval sanglant
    Le désordre dura trois jours, pendant lesquels les portes de la ville restèrent fermées. Ensuite les romanais, d'accord avec la noblesse des environs, firent des courses dans la campagne, tuant les paysans "comme pourceaux". Le complot et la terrible condamnation de Jean Serve dit Paumier et de ses partisans
  • Le monastère de Saint-Just

    Le monastère de Saint-Just
    Le monastère fondé à Saint-Just-de-Claix, en Royans, le 15 octobre 1349, par le dauphin Humbert II, en faveur de sa mère Béatrix de Hongrie, ayant été détruit par les Calvinistes, les religieuses vinrent, en 1575, se réfugier à Romans. Le 10 avril 1600, elles achetèrent une vaste habitation appelée Beauséjour et y établirent leur nouveau monastère.
  • Fondation du couvent des Capucins

    Fondation du couvent des Capucins
    Cinq membres de l'Ordre des Capucins prennent possession de l'emplacement de la citadelle, sur l'esplanade Saint-Romain, pour y construire un couvent. La première pierre fur posée le 18 avril 1610. Redécouverte de vestiges du couvent des Capucins
  • Monastère de Sainte-Ursule

    Monastère de Sainte-Ursule
    Le 8 février 1613, les soeurs Ursulines achetèrent une maison au bord de l'Isère et y fondèrent leur premier monastère. Le 11 janvier 1646, elles achetèrent trois maisons contiguës, avec cour et jardin, sur l'actuelle côte Sainte-Ursule, pour y faire leur second monastère. Le monastère de Sainte-Ursule de Romans
  • Fondation du couvent de la Visitation

    Fondation du couvent de la Visitation
    M. Charles de Claveyson, gouverneur de Romans, et Madame Renée du Peloux, sa mère, adressent une requête à l'évêque de Valence, afin d'obtenir des religieuses pour fonder un monastère de la Visitation. Pour aider à cet établissement, François de Gaste et Isabeau Livat, sa femme, font donation de la maison située à la Villeneuve et nommée le Château du Recteur, à la charge qu'on y recevrait leurs quatre filles, Renée, Ellsabeth, Françoise et Madeleine. L'église fut consacrée le 23 août 1667.
  • Le pont Vieux est emporté

    Le pont Vieux est emporté
    Le pont Vieux est emporté, à huit heures du soir, par une grande crue de l'Isère. M. Humbert de Lionne, seigneur de Flandènes, gentilhomme de la manche du roi et gouverneur de Romans, obtient, par lettres patentes do 30 décembre 1660, de faire reconstruire le pont à ses frais, moyennant la faculté de percevoir pendant trente ans le droit fixé par le trésorier de France en Dauphiné. Les travaux furent terminés le 23 octobre 1661.
  • Démolition des Cordeliers

    Démolition des Cordeliers
    Des experts ayant constaté le mauvais état de l'église et du couvent des Cordeliers et estimé à 55 000 livres la somme nécessaire pour remettre ces bâtiments en bon état, le Conseil municipal décide qu'ils seront démolis, de manière à laisser libre un emplacement de 522 pieds (environ 160 mètres) de longueur sur 108 pieds (environ 30 mètres) de largeur, où il pourra être planté 135 arbres en cinq allées. Cet emplacement est aujourd'hui la place Jules Nadi.
  • Les autrichiens entrent

    Les autrichiens entrent
    Par suite des progrès de l'armée autrichienne dans le midi de la France, le 116è Régiment d'Infanterie de ligne et le 32è d'Infanterie légère, venant de Lyon et au nombre de 4 500 hommes, entrent dans Romans. Les portes de Bonnevaux et Bistours sont murées et celle de Chapelier est barricadée.
  • Passage de Charles X de France

    Passage de Charles X de France
    Charles Philippe, comte d'Artois, frère du roi Louis XVIII et futur roi Charles X de France, arrive, à sept heures du matin, venant de Valence. Il est reçu, à l'entrée du pont, par les autorités municipales, M. le comte Dedelay d'Agier, pair de France, les généraux barons Motte, Saint-Cyr Nugues et Pouchelon. Le prince est ensuite harangué, sous un arc de triomphe, à l'entrée de la place (actuelle place Maurice Faure).
  • Démolition des remparts

    Démolition des remparts
    Le Conseil municipal, avec adjonction des citoyens les plus imposés, adopte en principe la démolition des remparts.
  • Construction des quais

    Construction des quais
    Jusqu'au milieu du XIXè siècle, les rues descendaient directement à la rivière et certaines maisons avaient "les pieds dans l'eau". Les inondations fréquentes dans le bas de la ville ont nécessité la construction de quais, ce qui fut fait à partir de l'année 1860. Quand il fallut donner un nom aux quais de l'Isère
  • Mobilisation générale

    Mobilisation générale
    Le 1er août 1914, à 15 h 45, le chef du gouvernement français décrète le début de la mobilisation générale pour le 2 août à 17 h. 393 militaires natifs de Romans sont Morts pour la France durant la Première Guerre Mondiale. Dictionnaire biographique des romanais Morts pour la France, 1914-1918
  • Libération de Romans

    Libération de Romans
    Pendant que se livre la bataille de Montélimar, Romans-sur-Isère et Bourg-de-Péage sont libérés le 22 août par les maquisards. Mais la liesse est subitement interrompue par le retour des Allemands, le 27 août. Ce sont alors trois jours de peur pour la population, terrée dans les caves ou en fuite. Après des prises d'otages, des incendies, des pillages, l'entrée des Américains, le 30 août, marque la libération définitive de la ville.
  • La catastrophe du pont de Vernaison

    La catastrophe du pont de Vernaison
    Le 21 septembre 1945, une effroyable collision entre la Micheline Grenoble-Valence et un train mixte sur le viaduc de Romans-sur-Isère, aussi appelé pont de Vernaison, a choqué toute la population. La catastrophe du pont de Vernaison