Défragmentation littéraire

  • Jan 1, 1260

    Rutebeuf, La Complainte de Constantinople 1260?

    Rutebeuf, La Complainte de Constantinople 1260?
    (Je veux vous découvrir mes sentiments, car c’est mon seul talent...)
  • Jan 1, 1270

    Thomas d’Aquin, Somme théologique, I-II

    Thomas d’Aquin, Somme théologique, I-II
    Poetica non capiuntur a ratione humana propter defectus veritatis qui est in eis. Les créations des poètes se dérobent à la raison humaine à cause du manque de vérité qui se découvre en elles.
  • Jan 1, 1300

    Eckhart, Johannes, dit Maître, Du détachement (1300?)

    Eckhart, Johannes, dit Maître, Du détachement (1300?)
    L’œuvre propre de l’homme est d’aimer et de connaître
  • Jan 1, 1532

    François Rabelais, Pantagruel

    François Rabelais, Pantagruel
    Foy de gentilhomme, il vault mieux pleurer moins et boire dadvantaige Autant vault l’homme comme il s’estime
  • Jan 1, 1580

    Montaigne, Les Essais

    Montaigne, Les Essais
    L’escrivaillerie semble estre quelque simptome d’un siecle desbordé. (III,9) Avez-vous su méditer et manier votre vie ? Vous avez fait la plus grande besogne de toutes. (III,13)
  • Théophile de Viau, 1620?

    Théophile de Viau, 1620?
    La Providence, les miracles et l’immortalité de l’âme sont des erreurs ou des mensonges de témoins sous l’influence de drogues.
  • Corneille, Polyeucte.

    Corneille, Polyeucte.
    Et le désir s’accroît quand l’effet se recule.
  • François de La Rochefoucauld, maximes.

    François de La Rochefoucauld, maximes.
    La force et la faiblesse de l’esprit sont mal nommées ; elles ne sont que la bonne ou la mauvaise disposition des organes du corps.
  • Blaise Pascal, Pensées.

    Blaise Pascal, Pensées.
    Nous ne nous contentons pas de la vie que nous avons en nous et notre propre être : nous voulons vivre dans l’idée des autres, d’une vie imaginaire, et nous nous efforçons pour cela de paraître. Nous travaillons incessamment à embellir et conserver cet être imaginaire, et négligeons le véritable. [...] La douceur de la gloire est si grande qu’à quelque objet qu’on l’attache, même à la mort, on l’aime.
  • Fénelon, Les Aventures de Télémaque

    Fénelon, Les Aventures de Télémaque
    Avant que de se jeter dans le péril, il faut le prévoir et le craindre ; mais quand on y est, il ne reste plus qu’à le mépriser.
  • Robert Challe, Les illustres françaises.

    et enfin, excepté la grosse sonnerie, j’avais eu tout le reste du service.
  • Jacques Cazotte, Le Diable amoureux.

    Jacques Cazotte, Le Diable amoureux.
    Ah ! Biondetta ! Si vous n’étiez pas un être fantastique, si vous n’étiez pas ce vilain dromadaire !
  • Johann Wolfgang Goethe, Souffrances du jeune Werther.

    Johann Wolfgang Goethe, Souffrances du jeune Werther.
    Dieu puissant, qui m’a fait tous ces dons, que n’en as-tu retenu une partie, pour me donner en place la confiance en moi-même et la modestie !
  • Denis Diderot, Jacques le fataliste

    Denis Diderot, Jacques le fataliste
    Non seulement vos vers sont mauvais, mais il m’est démontré que vous n’en ferez jamais de bons.
    - Il faudra donc que j’en fasse de mauvais ; car je ne saurais m’empêcher d’en faire.
  • Period: to

    Rétif de la Bretonne, Les Nuits de Paris.

    Surtout ne protégez pas le luxe ! c’est un monstre qui, sous l’apparence de faire du bien à quelques travailleurs, dévore l’État !
  • Sain-Just, Rapport fait au nom du Comité de Salut Public sur la nécessité de déclarer le gouvernement provisoire pour la France révolutionnaire

    Sain-Just, Rapport fait au nom du Comité de Salut Public sur la nécessité de déclarer le gouvernement provisoire pour la France révolutionnaire
    La prolixité de la correspondance et des ordres du gouvernement est une marque de son inertie, il est impossible que l’on gouverne sans laconisme.
  • François-René Chateaubriand : Essai historique politique et morale sur les révolutions anciennes et modernes

    François-René Chateaubriand : Essai historique politique et morale sur les révolutions anciennes et modernes
    L’enthousiasme vient de l’ignorance ; guérissez celle-ci, l’autre s’éteindra : La connaissance des choses est un opium qui ne calme que trop l’exaltation.
  • Honoré de Balzac : La peau de chagrin

    Honoré de Balzac : La peau de chagrin
    Ma vie est comme rétrécie par un phénomène moral.
  • Charles Nodier : De quelques phénomènes du sommeil.

    Charles Nodier : De quelques phénomènes du sommeil.
    Les paysans de nos villages qui lisaient, il y a cent ans, la légende et les contes de fées, et qui y croyaient, lisent maintenant les gazettes et les proclamations et y croient. Ils étaient insensés, ils sont devenus sots, voilà le progrès.
  • Period: to

    Gustave Flaubert (1821-1880), Correspondance

    À Louise Colet, le 6 juillet 1852 : À la Princesse Mathilde, le 13 novembre 1870 : À Léonie Brainne, le 5 octobe 1872 :
  • Musset : Lorenzaccio

    Musset : Lorenzaccio
    Hélas ! les rêves des artistes médiocres sont des plantes difficiles à nourrir, et qu’on arrose de larmes bien amères pour les faire bien peu prospérer.
  • Honoré de Balzac : Splendeur et misère des courtisanes

    Honoré de Balzac : Splendeur et misère des courtisanes
    ... un de ces génies incomplets qui ont quelque puissance pour désirer, pour concevoir, ce qui est peut-être la même chose, mais qui n’ont aucune force pour exécuter.
  • Stendhal : La Chartreuse de Parme.

    Stendhal : La Chartreuse de Parme.
    ... au milieu des plats intérêts d’argent, et de la froideur décolorée des pensées vulgaires qui remplissent notre vie, les démarches inspirées par une vraie passion manquent rarement de produire leur effet...
  • Henry David Thoreau : A Week on the Concord and Merrimack Rivers

    Henry David Thoreau : A Week on the Concord and Merrimack Rivers
    My life has been the poem I would have writ,
    But I could not both live and utter it.
  • Gérard de Nerval : Voyage en orient

    Gérard de Nerval : Voyage en orient
    Quant à nous autres, pauvres poètes, de quel droit irions-nous briller parmi les princes et les banquiers ?
  • Gérard de Nerval : Sylvie

    Gérard de Nerval : Sylvie
    J’ai mangé du tambour et bu de la cymbale.
  • Gérard de Neval : Lettre à son père

    Gérard de Neval : Lettre à son père
    Ma situation est bonne quoique toute dans l’avenir.
  • Léon Nikolaïevitch Tolstoï, La Guerre et la Paix.

    Léon Nikolaïevitch Tolstoï, La Guerre et la Paix.
    Léon Nikolaïevitch Tolstoï (1828-1910), La Guerre et la Paix.
  • Fiodor Mikhaïlovitch Dostoievski, Le joueur

    Fiodor Mikhaïlovitch Dostoievski, Le joueur
    Fiodor Mikhaïlovitch Dostoievski (1821-1881), Le joueur.
  • Gustave Flaubert, L'éducation sentimentale

    Gustave Flaubert, L'éducation sentimentale
    Gustave Flaubert (1821-1880), L’Éducation sentimentale
  • Victor Hugo : Napoléon le petit

    Victor Hugo : Napoléon le petit
    M. Louis Bonaparte a réussi. Il a pour lui désormais l’argent, l’agio ; la banque, la bourse, le comptoir, le coffre-fort, et tous ces hommes qui passent si facilement d’un bord à l’autre quand il n’y a enjamber que de la honte.
  • Louise Michel devant le conseil de guerre

    Louise Michel devant le conseil de guerre
    Libérés, libertins, libertaires, libres... Messieurs, ne distinguez pas. Nous sommes athées car nous souhaitons être libres
  • Ernest Feydeau, Théophile Gautier : souvenirs intimes

    Ernest Feydeau, Théophile Gautier : souvenirs intimes
  • Gustave Flaubert 1881, Bouvard et Pécuchet

    Gustave Flaubert 1881, Bouvard et Pécuchet
    Gustave Flaubert (1821-1880)
  • Paul Verlaine, Art poétique

    Paul Verlaine, Art poétique
    Paul Verlaine (1844-1896), Art poétique.
  • Bram Stoker, Dracula.

    Bram Stoker, Dracula.
    Bram Stoker (1847-1912), Dracula.
  • Alfred Loisy ; L'Evangile et l'Eglise

    Alfred Loisy ; L'Evangile et l'Eglise
    Jésus annonçait le royaume et c’est l’Église qui est venue.
  • Marcel Proust, Du côté de chez Swann

    Marcel Proust, Du côté de chez Swann
    Il me semblait alors que j’existais de la même façon que les autres hommes, que je vieillirais, que je mourrais comme eux, et que parmi eux j’étais seulement du nombre de ceux qui n’ont pas de dispositions pour écrire
  • Agatha Christie, Le meurtre de Roger Ackroyd

    Agatha Christie, Le meurtre de Roger Ackroyd
    Agatha Christie (1891-1976), Le Meurtre de Roger Ackroyd ; le narrateur et assassin :
  • Stefan Zweig, La confusion des sentiments

    Stefan Zweig, La confusion des sentiments
    Stephan Zweig (1881-1942), La confusion des sentiments
  • Pierre Benoit, Le Roi lépreux

    Pierre Benoit, Le Roi lépreux
    Pierre Benoit (1886-1962), citation d’un certain Svai Muy Kuor en exergue du Roi lépreux.
  • André Breton, Nadja

    André Breton, Nadja
    André Breton (1896-1966), Nadja.
  • Robert Musil, L'Homme sans qualités

    Robert Musil, L'Homme sans qualités
    Robert Musil (1880-1942), L'Homme sans qualités
  • Roger Gilbert-Lecomte ; Le Grand Jeu (?)

    Roger Gilbert-Lecomte ; Le Grand Jeu (?)
    Pourquoi parler depuis dix ans de névrose et de folie, alors que j’en aperçois seulement les redoutables inconvénients, et que ma tête fait peur à tous. NB : 1930 = date hypothétique
  • Gaston Bachelard, Psychanalyse du feu

    Gaston Bachelard, Psychanalyse du feu
    Gaston Bachelard (1884-1962), La psychanalyse du feu. En fait, une oeuvre poétique ne peut guère recevoir son unité que d’un complexe.
  • René Char : Feuillets d'Hypnos

    René Char : Feuillets d'Hypnos
    Notre héritage n’est précédé d’aucun testament.
  • Jean Giono, Un roi sans divertissement

    Jean Giono, Un roi sans divertissement
    Jean Giono (1895-1970), Un roi sans divertissement.
  • Malcom Lowry : Au-dessous du volcan

    Malcom Lowry : Au-dessous du volcan
    J’ai derrière mon dos un autre ennemi que vous ne pouvez voir. Un tournesol. Je sais qu’il m’observe et je sais qu’il me hait. Gogol, Le Mahabharata, Blake, Tolstoï, Pontoppidan, les Upanishads, un Mermaid Marston, Berkeley, Duns Scotes, Spinoza, Vice Versa, Shakespeare, Un Taskerson complet, A l’ouest rien de nouveau, le Rig-Veda – Dieu sait pourquoi, Janot Lapin. « On trouve tout dans Janot Lapin », disait souvent le consul…
  • Francis Ponge : Proêmes

    Francis Ponge : Proêmes
    Apprendre à chacun l’art de fonder sa propre rhétorique est une œuvre de salut public.
  • Marcel Aymé : Clérambard

    Marcel Aymé : Clérambard
    Le curé : ... Et l’Eglise, seule, a compris la nécessité de protéger les fidèles contre la parole du Christ.
  • Jorge Luis Borges

    Jorge Luis Borges
    Dans une certaine encyclopédie chinoise intitulée Marché céleste des connaissances bénévoles, il est écrit que les animaux se divisent en : (a) appartenant à l’Empereur, (b) embaumés, (c) apprivoisés, (d) cochons de lait, (e) sirènes, (f) fabuleux, (g) chiens en liberté, (h) inclus dans la présente classification, (i) qui s’agitent comme des fous, (j) innombrables, (k) dessinés avec un pinceau très fin en poils de chameau, (l) et caetera, (m) qui viennent de casser la cruche, (n) qui de loin sem
  • Roland Barthes : Le degré zéro de l'écriture

    Roland Barthes : Le degré zéro de l'écriture
    ...du parler marxiste pour qui toute opposition est de classe ; du psychanalytique pour qui toute dénégation est aveu ; du chrétien pour qui tout refus est quête.
  • Claude Lévi-strauss : Tristes tropiques

    Claude Lévi-strauss : Tristes tropiques
    Cette promotion des préoccupations personnelles à la dignité de problèmes philosophiques risque trop d’aboutir à une sorte de métaphysique pour midinette...
  • Aragon, Le roman inachevé

    Aragon, Le roman inachevé
    Louis Aragon (1897-1982), Que serais-je sans toi ?
  • Saint-John Perse, Amers

    Saint-John Perse, Amers
    Saint-John Perse (1887-1975), Amers.
  • Romain Gary : La promesse de l'aube

    Romain Gary : La promesse de l'aube
    J’en arrivais presque à conclure qu’un pseudonyme ne suffisait pas, comme moyen d’expression littéraire, et qu’il fallait encore écrire des livres.
  • Céline, Nord

    Céline, Nord
    mais tout de même, de temps en temps, à titre expérimental, un certain moi est nécessaire...
  • Patrick Modiano : La place de l'étoile

    Patrick Modiano : La place de l'étoile
    Oui, je rêve de ruiner toute la paysannerie française et d’enjuiver le Cantal.
  • Fred, Le naufragé du "A"

    Fred, Le naufragé du "A"
    Ces lettres étaient posées au milieu de l’océan, comme des îles... mais ce n’étaient pas des îles. Elles existaient et en même temps n’existaient pas.
  • Hergé : Tintin et les Picaros

    Hergé : Tintin et les Picaros
    TINTIN : Voyons, capitaine...
    HADDOCK : Qui est capitaine, ici, vous ou moi ?
    TINTIN : Vous, bien sûr, vous êtes le capitaine Haddock...
    HADDOCK : C’est un nom ridicule ça... Et mon prénom ?
    TINTIN : Archibald, non ?
    HADDOCK : Encore plus ridicule... Et vous ?
    TINTIN : Moi, je m’appelle Tintin.
    HADDOCK : Grotesque !
  • Pierre Bourdieu : Questions de sociologie

    Pierre Bourdieu : Questions de sociologie
    Les dominants, dans tous les champs, voient leur domination comme la fin de l’histoire. La science qui doit rendre raison de ce qui est, postule par là même que rien n’est sans raison d’être. ...la vieille leçon du Parménide selon laquelle il y a des Idées de toute chose, y compris de la crasse et du poil, a été très peu entendue.
  • Jean-Bernard Pouy : Spinoza encule Hegel

    Jean-Bernard Pouy : Spinoza encule Hegel
  • Jean-Luc Godard : Nouvelle Vague

    Jean-Luc Godard : Nouvelle Vague
  • Jay Mc Inerney : Brightness falls

    Jay Mc Inerney : Brightness falls
    Writers, he thought, are people who think of the right retort long after they get home. Retarded riposters.
  • Michel Hulin : La mystique sauvage

    Michel Hulin : La mystique sauvage
    Ainsi tendus et affairés dans la poursuite de nos intérêts mondains, nous n’avons pas la moindre idée de l’immense soulagement que représenterait le dépôt du fardeau, c’est-à-dire le renoncement à nous affirmer à tout prix contre l’ordre du monde et aux dépens d’autrui.
  • Pierre Paolo Pasolini : Qui je suis

    Pierre Paolo Pasolini : Qui je suis
    j’ai essayé, c’est vrai, de faire œuvre comique,
    suprême ambition pour un écrivain
    - mais je n’y ai réussi qu’en partie
    parce que je suis un petit-bourgeois
    et que j’ai tendance à tout dramatiser.
  • James Ellroy : Ma pert d'ombre

    James Ellroy : Ma pert d'ombre
    Les gars portaient des uniformes kaki et conduisaient des Ford Interceptor de 56. Betty Short parvenait à se convaincre qu’elle était quelque chose d’original. Elle se trompait dans ses calculs. Je savais que toutes choses allaient mal, de chaos en chaos. Ma formation empirique dans le domaine du chaos était d’une validité sans faille.
  • Supeflu : Le cheval de peine

    Supeflu : Le cheval de peine
    Et mon cheval de peine m’attend dehors
    Pour les galops pour les ruades
    Les coups de sabots, l’estafilade au flan droit
    Et mon cheval de peine m’attend dehors
    Pour les sanglots, pour les ruades
    Les coups de sabots, la cavalcade au flambeau
  • Le Rat Luciano : La Furie et la Foi

    Le Rat Luciano : La Furie et la Foi
    Le rat manie le mic l’ami, comme Mani manie le flingue dans les rues de Miami
  • Alain Bashung : La nuit je mens

    Alain Bashung : La nuit je mens
    J’ai fait la saison dans cette boîte crânienne
  • Bertrand Cantat : A ton étoile

    Bertrand Cantat : A ton étoile
    À Marcos
    À la joie
    À la beauté des rêves
    À la mélancolie
    À l’espoir qui nous tient
  • Joel et Ethan Coen : The Big Lebowski

    Joel et Ethan Coen : The Big Lebowski
    Let me explain something to you. Um, I am not "Mr. Lebowski". You’re Mr. Lebowski. I’m the Dude. So that’s what you call me. You know, that or, uh, His Dudeness, or uh, Duder, or El Duderino if you’re not into the whole brevity thing.
  • Michel Houellebecq : Plateforme

    Michel Houellebecq : Plateforme
    Il est curieux de penser à tous ces êtres humains qui vivent une vie entière sans avoir à faire le moindre commentaire, la moindre objection, la moindre remarque. Non que ces commentaires, ces objections, ces remarques puissent avoir un destinataire, ou un sens quelconque ; mais il me semble quand même préférable, au bout du compte, qu’ils soient faits. Je ressemblais au total exactement à ce que j’étais : un fonctionnaire quadragénaire qui tentait de se déguiser en jeune pour la durée d
  • Pascal Quignard : Les ombres errantes

    Pascal Quignard : Les ombres errantes
    Il n’y a plus moyen de discerner entre guerre mondiale et guerre civile dès l’instant où il n’y a plus qu’un seul monde.
  • Nick Tosches : In the hand of Dante.

    Nick Tosches : In the hand of Dante.
    Immature writers plagiarize ; mature writers steal
  • Jean-Pierre Levaray : Putain d'usine

    Jean-Pierre Levaray : Putain d'usine
    Ils ont bien compris comment nous tenir : par la peur, l’individualisme, le repli sur soi, et avec la seule perspective de pouvoir, quand même, consommer. Notre servitude volontaire se fait au prix d’une nouvelle bagnole ou d’un lecteur DVD. Il faudra bien arriver à changer ça, sous peine d’en crever, tous.
  • Stupeflip : À bas la hierarchie !

    Stupeflip : À bas la hierarchie !
    Pense à Rosetta, à Ressources humainesRetour ligne manuel
    Chaque fois que tu te feras ken par ce putain de système !
  • Raoul Vaneigem : Le Chevalier, la Dame, le Diable et la Mort

    Raoul Vaneigem : Le Chevalier, la Dame, le Diable et la Mort
  • Stieg Larsson : Millenium 1

    Stieg Larsson : Millenium 1
    Armageddon was yesterday - today we have a serious problem.
  • Michel Houellebecq : La possibilité d'une île

    Michel Houellebecq : La possibilité d'une île
    Ce n’est plus tellement facile d’avoir des relations, à partir d’un certain âge [...] On n’a plus tellement l’occasion de sortir, ni le goût. Et puis il y a beaucoup de choses à faire, les formalités,les démarches... les courses, le linge. On a besoin de plus de temps pour s’occuper de sa santé, aussi, simplement pour maintenir le corps à peu près en état de marche. A partir d’un certain âge, la vie devient administrative - surtout.
  • Philippe Sollers : Un vrai roman

    Philippe Sollers : Un vrai roman
    Moralité : la réalité tue, la fiction sauve. C’est par la fiction qu’on trouve le réel et la vérité. Mais, contrairement à ce qu’on croit, la fiction ("fluide sacré") n’est pas "fictive". Elle crée le temps et l’espace de la vérité.
  • Julien Coupat : Le Monde 25.05.09.

    Julien Coupat : Le Monde 25.05.09.
    De mémoire française, il ne s’était pas vu depuis bien longtemps que le pouvoir prenne peur à cause d’un livre. On avait plutôt coutume de considérer que, tant que les gauchistes étaient occupés à écrire, au moins ils ne faisaient pas la révolution. Les temps changent, assurément. Le sérieux historique revient.
  • Michel Houellebecq : La carte et le territoire

    Michel Houellebecq : La carte et le territoire
    Pour ce qu’il avait pu en observer, l’existence des hommes s’organisait autour du travail, qui occupait la plus grande partie de la vie, et s’accomplissait dans des organisations de dimension variable. A l’issue des années de travail s’ouvrait une période plus brève, marquée par le développement de différentes pathologies.
  • Michel Brix : L’Attila du roman

    Michel Brix : L’Attila du roman
    Flaubert se montre complètement fermé, également, à l’idée de progrès. Et pour cause : cette idée est souvent peu perceptible dans le champ clos des destinées individuelles (lesquelles vont immanquablement vers la dégradation et la mort), mais apparaît en revanche, sinon clairement, en tout cas plus distinctement, pour peu que l’on prenne en compte, non le cas d’une seule personne, mais l’humanité entière.
  • Booba, AC-Milan

    Booba, AC-Milan
    Il parle français, dit de la merde, peut-on dire qu'il est bilingue ? Moi je fais le halla halla
    Pur comme la blanche du Guatemala
    Mon pays va mal va mal
    Compte pas sur nous pour tirer l’alarme