Les retraits de candidature

Timeline created by moimich
  • Borloo ne veut pas « ajouter à la confusion»

    Borloo ne veut pas « ajouter à la confusion»
    Le radical Jean-Louis Borloo, ancien ministre de l'Ecologie, a annoncé le 2 octobre sur TF1, lors du journal de 20 heures, qu'il avait renoncé à se présenter à la présidentielle pour ne pas « ajouter à la confusion ». Il constate en effet que les divisions au centre ne permettent pas de créer la dynamique suffisante pour parvenir au second tour.
  • Chevènement n'avait «plus les moyens» de poursuivre sa campagne.

    Chevènement n'avait «plus les moyens» de poursuivre sa campagne.
    Jean-Pierre Chevènement, président d'honneur du MRC, a annoncé mercredi 1 février qu'il se retirait de la course présidentielle dans laquelle il s'était engagé le 5 novembre. Dans son communiqué, il rappelle les quatre «enjeux majeurs» pour la période qui s'ouvre : «monnaie moins chère que l'euro actuel» pour réindustrialiser le pays, organiser la croissance en Europe, souveraineté budgétaire et fiscale restant entre les mains du parlement français, «redresser l'Europe à partir des nations.
  • Boutin se rallie à Sarkozy

    Boutin se rallie à Sarkozy
    Lundi 13 février sur TF1, Christine Boutin a annoncé le retrait de sa candidature et son soutien au président sortant Nicolas Sarkozy. François Hollande «est l’adversaire de toutes ces idées» à l’heure où la France serait face à «un choix très important de société». Elle a été rassuré en lisant que Sarkozy «confortait le mariage et la vie» en s’opposant finalement au mariage homosexuel et à l’euthanasie.
  • Le renoncement de Morin

    Le renoncement de Morin
    L'ancien ministre de la Défense Hervé Morin a annoncé le 16 février dans Le Figaro Magazine le retrait de sa candidature et son ralliement à Nicolas Sarkozy.L'ancien ministre de la Défense attend du président de la République «qu'il tire les conséquences des erreurs de ce quinquennat» pour retrouver «une démocratie équilibrée». Dans cette logique, Hervé Morin «demande une part de proportionnelle aux législatives».