Faits marquants entre 1745-1820

  • La Nouvelle-France appartient à la France

    Le territoire de la Nouvelle-France s'étend des côtes du Labrador, au nord de Terre-Neuve, jusqu'au golfe du Mexique. Même si c'est un immense territoire, peu de gens y habitent.
  • La prise de Louisbourg

    Les forces britanniques s'emparent de la forteresse de Louisbourg, située à l'entrée du Fleuve St-Laurent, sur l'Île du Cap-Breton. Le champ est maintenant libre aux navires britannique. Ils peuvent atteindre Québec
  • La bataille des Plaines d'Abraham

    Les troupes britanniques arrivent à Québec. Après plusieurs semaines de guerre, une bataille confirmé a lieu sur les Plaines d'Abraham. En moins d'une demi-heure, les forces française sont battues par les britanniques. Après plusieurs semaines de siège, la ville de Québec doit capituler. L'année suivante, Montréal capitule à son tour avant même que la guerre soit commencé. Les britanniques, plus nombreux, sont en position de force. La Grande-Bretagne a conquis la Nouvelle-France. Plus de guerre.
  • La guerre de la Conquête se termine à Montréal

    La France et la Grande-Bretagne se déclarent la guerre. Cette guerre durera de 1756 à 1763 d'où son nom: «guerre de Sept Ans». Le conflit entre la France et la Grande-Bretagne s'étend aussi aux colonies qu'elles possèdent en Amérique du Nord: la Nouvelle-France et les Treize colonies anglo-américaines. Il s'agit de la guerre de la Conquête.
  • Le gouvernement britannique. De nouvelles lois. Le territoire de la Nouvelle-France appartient à la Grande-Bretagne (traité de Paris). Le territoire prend le nom de «Province de Québec»

    Lorsque la Nouvelle-France passe aux mains de la Grande-Bretagne de nouvelles lois sont introduites. Ces lois, établies par la Proclamation royale, sont très dures envers les Canadiens français. Elles ont pour but de les rendre semblable au reste de la société. Tout ceux qui veulent travailler pour le gouvernement doivent renoncer à leur religion (catholique) pour adopter la religion de la majorité des Britanniques (protestante).
  • La colonie est dirigée par des gouverneurs: James Murray (1er) et Guy Carleton (2e)

    A partir de 1763, la colonie est dirigée par un gouverneur britannique (James Murray). Il a été nommé par la roi de la Grande-Bretagne. Il fait à-peu-près ce que faisaient le gouverneur et l'intendant à l'époque. James Murray est le premier à faire ce travail. Les Canadiens français sont mécontent des nouvelles lois mise en place. Comme ils représentent près de 99% de la population européenne, Murray décide donc de ne pas appliquer toute la Proclamation Royale.
  • Le blocus de Napoléon

    Maintenant, on échange du bois. Le commerce du bois devient très important en 1900. La Grande-Bretagne s'en sert surtout pour construire des bateaux. Habituellement la Grande-Bretagne se procurait se produit en Europe. Cependant cela n'est plus possible à cause d'une guerre contre la France. La France empêche tout les bateau de se rendre en Europe du Nord. Cette interdiction se nomme le blocus continental imposé par Napoléon 1er. Pour avoir du bois, elle doit se tourner vers ses colonies.
  • Une colonie britannique

    La France et la Grande-Bretagne signent un traité de paix qui confirme que la Nouvelle-France devient une colonie britannique, appartenant à la Grande-Bretagne. C'est le traité de Paris. La colonie change alors de nom pour : « Province de Québec »
  • L'Acte de Québec

    Dans les années qui suivent la Conquête, il y a une grande agitation au niveau des Treize colonies anglo-américaine. La révolte n'est pas loin. Pour ne pas atteindre la révolte, le gouvernement britannique met en place l'Acte de Québec en 1774. Grâce à cet Acte, plusieurs droits que les Canadiens français avait perdu à cause de la Proclamation Royale leur son redonné. Avec l'Acte de Québec, la Province de Québec est beaucoup plus grande qu'avec la Proclamation Royale
  • La guerre d'indépendance des États-Unis

    La Grande-Bretagne possède de nombreuses colonies dont la Province de Québec et les Treize colonies anglo-américaines. Les Treize colonies ne sont pas contente de leur mère patrie. De plus Elles sont insatisfaite que la Grande-Bretagne leur impose de lourdes taxes sur le sucre, le vin et le café. La Grande-Bretagne et les Treize colonies sont en guerre. Les américains agitent la Province de Québec. Les américains demandent au Canadiens de se joindre à eux, mais la réponse était toujours non.
  • L'arrivée des loyalistes

    De 1783 jusqu'à 1784, de nombreux loyalistes décident d'aller vers d'autres colonies afin de continuer à vivre avec des lois britanniques. Grâce à ce geste loyal, la Grande-Bretagne leurs a offert des terres. Depuis la Conquête, c'est la première fois qu'autant d'anglophone venait s'installer là bas. Les loyalistes sont installer principalement dans des milieu sans seigneuries. Ils vivent dans des Cantons-de-l'Est, surtout dans la région des Grands Lacs, en Gaspésie et près de Montréal.
  • Le Bas-Canada et le Haut-Canada

    Il y a de fortes agitation dans la Province de Québec. Les loyalistes et les marchands anglais veulent un territoire ou les lois serait comme la Grande-Bretagne. Pour répondre à leur demande, la Grande-Bretagne met en place l'Acte constitutionnel en 1791. Cet acte divise la Province de Québec en deux colonies : le Bas-Canada, aujourd'hui Québec et le Haut-Canada, aujourd'hui l'Ontario
  • Le blocus de Napoléon

    Le commerce du bois devient très important dans la colonie. La Grande-Bretagne s'en sert surtout pour construire des bateaux. Normalement, la Grande-Bretagne se procure ce produit en Europe, mais cela n'est plus possible à cause d'une guerre avec la France. La France empêche tout les bateaux de se rendre en Europe du Nord. Cette interdiction se nomme le blocus continental et est imposé par Napoléon 1er. Pour y acheter son bois, la Grande-Bretagne dois se tourner vers ses colonies.