A - Une nouvelle donne géopolitique internationale

By wewenc
  • 1- Les conférences interalliées au cœur d’un nouvel ordre mondial

    Commencent dès 1941 et qui visent à :
    - Donner les buts de guerre (valeurs au nom desquelles on se bat)
    - Coordonner les actions militaires
    - Préparer la réorganisation du monde au lendemain de la guerre
    Les alliés réfléchissent sur plusieurs notions : le sort des vaincus, la question des frontières, la question des régimes politiques, mise en place d’une
  • La charte de l’Atlantique : contexte

    La charte de l’Atlantique : contexte
    Roosevelt et Churchill : rencontre sur un navire au large de Terre Neuve.
    Contexte : la guerre depuis 1939 a changé de visage : 2 pays de l’Alliance ont été vaincus, l’Angleterre lutte seule jusqu’en juin 1941 où l’URSS entre en guerre.
    Axe est conquérant : l’Allemagne et le Japon ont multiplié les conquêtes.
    Le 14 août 1941 les USA ne sont pas en guerre, Roosevelt convaincu qu’il faut intervenir mais opinion publique et Congrès sont rétifs. Loi "lend lease" 1939 et loi "cash and carry" 1941.
  • La charte de l'Atlantique le 14 août 1941

    La charte de l'Atlantique le 14 août 1941
    Buts de guerre :
    -les Américains et les Anglais sont attachés aux principes de la démocratie libérale, à la liberté des peuples à disposer d’eux même (autodétermination des peuples).
    -anéantir la tyrannie nazie.
    -attachement au développement économique et social.
    -idée d’un système de sécurité collective, retour à l’idéal wilsonien.
    Conséquences :

    -montée en puissance de l’interventionnisme américain.
    -la charte sert de base en 1942 aux Nations Unies.
  • La conférence de Casablanca (Maroc) : contexte

    La conférence de Casablanca (Maroc) : contexte
    Suite à l’opération Torche (débarquement le 8 novembre 1942 en Afrique du Nord), le Maghreb va être progressivement libéré. L’alliance reprend des positions à l’axe à ce moment de la guerre. Roosevelt, Churchill, général Giraud (chef des armées d’Afrique) et Charles De Gaulle sont présents. Giraud et De Gaulle se disputent sur la représentation de la France aux yeux des alliés.
  • La conférence de Casablanca le 14 janvier 1943

    La conférence de Casablanca le 14 janvier 1943
    Buts :
    -coordonner les actions militaires pour libérer le Sud de l’Europe.
    -réaffirmer la reddition sans condition des puissances de l’Axe et de l’Allemagne.
    -Roosevelt en marge de cette conférence va rencontrer, à l’hôtel d’Anfa le sultan du Maroc Mohammed Ben Yousef, et va l’encourager dans sa volonté d’émancipation. (USA favorable à la liberté des peuples et souhaitent avoir accès aux marchés coloniaux au nom du libre-échange)
  • La conférence de Téhéran : contexte

    La conférence de Téhéran : contexte
    Les Alliés oint débarqués en Italie et ont obtenu la reddition italienne en septembre, l’URSS a repoussé les forces nazies jusqu’à Kiev, les Américains ont conquis un grand nombre d’îles sous contrôle japonais. Franklin Delano Roosevelt, Winston Churchill et Joseph Staline : 1ère rencontre entre les 3 grands.
  • La conférence de Téhéran le 28 novembre 1943

    La conférence de Téhéran le 28 novembre 1943
    -URSS va tenter de faire reconnaître un certain nombre d’annexions au nom du droit de l’URSS à garantir sa sécurité (Pologne orientale, États baltes).
    -Staline souhaite qu’un principe soit adopté entre les Alliés : que les pays libérés soient gouvernés par la seule puissance occupante en attendant la restauration d’un pouvoir politique.
    -réaffirme que l’Allemagne devra être occupée et divisée par les Alliés.
    -Fixe les détails de l’opération Overloord et des débarquements de Provence.
  • Conférence de Moscou le 10 octobre 1944

    Conférence de Moscou le 10 octobre 1944
    Winston Churchill et Joseph Staline vont se répartir l’Europe en zones d’influences avec l’Europe centrale et orientale. Ces discussions se font dans le dos des peuples, va à l’encontre de la charte de l’Atlantique. Ces accords seront caducs, car ils seront condamnés par Roosevelt.
  • Conférence de Yalta : contexte

    Conférence de Yalta : contexte
    Yalta : Station balnéaire en Crimée. L’URSS invite les USA et l’UK.
    URSS (Staline) : position de force, Armée Rouge aux portes de Berlin.
    USA (Roosevelt) : position de faiblesse, guerre difficile face au Japon, besoin de l’aide Soviétique.
    Si intervention de l’URSS : Staline a les îles Kouriles et Sakhaline et quelques concessions portuaires en Chine (port Arthur).
    UK (Churchill) : rôle négociateur et défend les intérêts des puissances coloniales face aux deux puissances anticolonialistes.
  • Conférence de Yalta le 4 février 1945

    Conférence de Yalta le 4 février 1945
    -Création de l’ONU, créer un conseil de sécurité (mieux que SDN)
    -« La déclaration sur l’Europe libérée » : les Alliés s’engagent à organiser des élections libres dans les territoires libérés, à respecter les principes de la Charte de l’Atlantique.
    -Acte la division quadripartite de l’Allemagne et de Berlin.
    -Tensions entre les Alliés : Staline demande le transfert de 80% de l’industrie allemande vers l’URSS et un montant des réparations : 20 milliards de $ dont 10 milliards à l’URSS.
  • Conférence de Potsdam : contexte

    Conférence de Potsdam : contexte
    Potsdam : Banlieue de Berlin.
    La capitulation allemande a eu lieu, cependant les combats continuent dans le Pacifique et désormais les Américains maîtrisent l’arme nucléaire : test en janvier dans le désert Alamo Gordo au Nouveau Mexique. Roosevelt est décédé et est remplacé par Harry Truman (démocrate). Durant la conférence de Potsdam Churchill perd les élections, les travaillistes l’emportent et vont être représentés par Clement Attlee. Staline représente toujours l’URSS.
  • Conférence de Potsdam le 17 juillet 1945

    Conférence de Potsdam le 17 juillet 1945
    -Prévoit un traité de paix pour l’Allemagne qui n’aura jamais lieu : c’est le début de la question allemande. Il faudra attendre le traité de 2+4, de Moscou le 2 septembre 1990 pour que la question allemande soit réglée.
    -Décider du sort des autres satellites de l’Axe à l’image de l’Italie qui va perdre ses colonies : Libye, Érythrée et Éthiopie. Le Japon perdra toutes ses annexions depuis le XIXème siècle : Corée, Taïwan.
  • Suite

    Suite
    Buts :
    -Finir la guerre dans le pacifique, les Alliés lancent un ultimatum au Japon.
    -Sceller le sort de l’Allemagne. 5 D : le désarmement, la dénazification, la décartellisation de l’économie, démocratisation, décentralisation et division du territoire.
    -Enjeu des réparations : finalement l’URSS retirera 50% du potentiel industriel sous forme de démontage d’usines. Chaque puissance occupante va s’octroyer des droits dans sa propre zone.
  • Le traité de Paris le 10 octobre 1947

    Le traité de Paris le 10 octobre 1947
    Les dirigeants de l’URSS, les USA, l’UK et la France ne sont pas présents mais ils sont représentés par leurs ministres des affaires étrangères. Les premières tensions conduisant à la Guerre Froide se font ressentir. Cette conférence cherche à régler la question des modifications territoriales en Europe et les indemnisations des belligérants.
  • 2- De nouvelles frontières

    L’URSS est le grand vainqueur de ces modifications territoriales avec une grande avancée vers l’Ouest. Il faut distinguer les annexions territoriales (territoire conquis et intégrés à l’URSS) des territoires sous influence soviétique en Europe de l’Est.
  • Territoires annexés par l'URSS pendant la guerre

    Territoires annexés par l'URSS pendant la guerre
    Estonie, Lituanie, Lettonie (Etats baltes)
    Carélie (territoire de Finlande)
    Prusse orientale (Kaliningrad)
    Une partie de la Tchécoslovaquie (la Ruthénie subcarpathique)
    Une partie de la Roumanie (la Bessarabie).
    Ces territoires font parties du territoire de l’URSS, elles vont passer sous domination de l’Empire soviétique.
    --> 13 millions d’Allemands vont être expulsés de Russie ou de Pologne.
  • Autres modifications

    Pologne : avance vers l’Ouest et récupère une partie allemande : la Silésie et la Poméranie.
    Pologne et l’Allemagne : frontière Oder-Neisse mais ne sera pas reconnue par l’Allemagne.
    Allemagne ramenée à ses frontières de 1937 : perd l’Alsace-Moselle, l’Anschluss annulé, l’annexion des Sudètes annulé.
    Autriche : divisée en 4 zones comme l’Allemagne.
    Italie cède Istrie et Trieste.
    France va récupérer des petits territoires : zone de la Brigue, la ville de Tende, des zones non habitées (Mont Senis)
  • Asie

    Corée devient indépendante mais va être divisée en 2 zones sous influence : au Nord une zone d’influence communistes et au sud une zone d’influence américain.
    Chine récupère la Mandchourie, Taïwan et les îles Pescadors.
  • 3- Une renaissance politique : 1945 une nouvelle étape de la démocratisation ?

    3- Une renaissance politique : 1945 une nouvelle étape de la démocratisation ?
    Recul des régimes totalitaires : fin du nazisme, du fascisme, fin des régimes autoritaires : Roumanie, Bulgarie. Des monarchies s’effondrent : Italie devient une République (après référendum de 1946).
    Les seules monarchies persistantes sont des monarchies constitutionnelles (scandinaves), ou des monarchies parlementaires comme en Grande Bretagne.
    Des régimes autoritaires persistent au Sud de l’Europe : l’Espagne de Franco, le Portugal de Salazar. Staline ne tient pas ses promesses de Yalta.
  • Retour des instances démocratiques

    Retour des instances démocratiques
    France : le GPRF met fin aux actes constitutionnels de Vichy et prépare les institutions de la IVème République.
    Allemagne de l'Ouest : élections libres qui amènent la victoire de la CDO.
    Italie devient une démocratie parlementaire dirigée par les démocrates-chrétiens.
    Droit de vote : 1944 en France.
    Japon connaît la démocratisation : MacArthur va rétablir les libertés publiques, la Constitution va changer, le Japon devient une monarchie parlementaire, le droit divin est retiré à l’empereur.
  • Renouvellement des forces politiques, le retour au pluralisme

    Renouvellement des forces politiques, le retour au pluralisme
    Chute de la droite à cause de la collaboration avec Vichy.
    Les partis de gauche sont dominants en Europe. Il en existe 2 types:
    -les communistes (socialistes révolutionnaires) : PCF 1er parti de France (à la libération) avec 5 millions de voix, 1 million de militants, en Italie c’est le 2ème parti.
    -les socialistes réformistes : la SFIO en France (René Moyer, Léon Blum). Les socialistes vont jouer un rôle au sein des gouvernements (GPRF).
  • La démocratie chrétienne : nouveau parti

    La démocratie chrétienne : nouveau parti
    Elle va devenir influente : le CDO de Konrad Adenauer en Allemagne, La baleine blanche en Italie, en France le MRP, vont participer aux gouvernements.
    Ils sont :
    - paneuropéens
    - favorables au cadre du système capitaliste modéré
    - favorables aux réformes socialistes
    Cette démocratie chrétienne va connaître des succès électoraux, elle va profiter des transferts de voix de la droite traditionnelle qui n’est pas ou peu représentée à la libération.
  • 4- De nouvelles idées politiques vont s’imposer dans le débat démocratique

  • Différents projets

    Différents projets
    -la renaissance de l’idéal européen, le juillet 1944 déclaration des résistance européennes, appelle la création d’un État fédéral européen.
    -septembre 1946 à Zurich, Churchill prononce un discours dans lequel il emploie l’idée « des États-Unis d’Europe ».
    -l’État providence : l’objectif est de réduire les facteurs de tensions pouvant conduire à la guerre.
  • L'Etat providence

    L'Etat providence
    1942 le rapport Beveridge : mise en place en UK d’un service national de santé, une assurance sociale (principe de cotisation).
    Il faut attendre l’élection des travaillistes (Attlee) pour mettre en place le NHS.
    1944 programme du CNR : l’idée de l’État providence, « faire de la France une véritable démocratie économique et sociale », approfondir le pacte républicain français en intégrant des droits sociaux.
    A l’échelle nationale : projets soutenus par les démocrates-chrétiens et les socialistes.